Une œconomie au service de l’humanité


Economie
: art de réduire les dépenses dans la gestion de ses biens, de ses revenus ; telle est la première définition du mot donnée par notre bon vieux Larousse. Il y en a une deuxième : ce que l’on ne dépense pas, ce que l’on épargne. Puis une troisième : ensemble des activités d’une collectivité humaine relatives à la production, à la distribution et à la consommation de richesses. La quatrième évoque un système régissant ces activités (économie libérale, économie sociale et solidaire, économie planifiée). Enfin, une dernière parle d’un ordre qui préside à la distribution des différentes parties d’un ensemble, d’une organisation, d’une structure (économie d’un projet, par exemple).

Economie : nous ne réalisons pas forcément la richesse de ce vocable et les divers sens qui lui sont liés. Nous savons encore moins que son orthographe actuelle ne date que du XVIIIème siècle. En effet, en 1755, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert entérine l’ablation d’un « o », transformant ainsi
« œconomie » en « économie ». Selon Pierre Calame 1, auteur du Petit traité d’œconomie, “en perdant son « o », l’économie perd aussi progressivement la mémoire de son sens premier, et s’autonomise de la gestion du reste de la société”.

1 Pierre Calame, Petit traité d’œconomie, Editions Charles Léopold Mayer, 2018, 192 pages, 10 €. Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, Pierre Calame est aujourd’hui président d’honneur de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’homme (www.fph.ch).

Lire la suite de à proposUne œconomie au service de l’humanité

La biodiversité

Partout sur la planète, le déclin de la biodiversité se poursuit sans que cela nous émeuve ; certains s’en réjouissent même !  Il serait temps de prendre en compte cette évolution dramatique qui réduit considérablement la capacité de la nature à contribuer au bien-être des hommes. Ne pas agir pour stopper et inverser ce processus, « c’est mettre en péril non seulement l’avenir que nous voulons pour nos enfants, mais aussi les vies que nous menons actuellement ». C’est le message d’alerte délivré par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services), réunie du 17 au 24 mars 2018 à Medellin (Colombie), pour sa 6ème session plénière. Créée en 2012 sous la tutelle des Nations Unies et rassemblant aujourd’hui 129 Etats, cette structure est qualifiée de
« GIEC de la biodiversité », en référence au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Sa mission est d’établir régulièrement la synthèse des connaissances disponibles sur la biodiversité (la variété des formes de vie sur la Terre), sur les impacts de son érosion et sur les pistes d’action possibles pour la préserver. Réduire la biodiversité aux seuls nombres d’espèces qu’abrite notre planète serait très restrictif, car ces chiffres ne permettent pas d’appréhender au mieux les fonctionnements écosystémiques et les interrelations satisfaisant les besoins de tous les êtres vivants. Mais au fait, la biodiversité c’est quoi ? 

Lire la suite de à proposLa biodiversité

Le radon

Voici un sujet que nous accompagnons depuis déjà bien longtemps, et qui est toujours d’actualité pour tous ceux qui habitent ou travaillent sur le territoire du Massif Armoricain. Nos premiers articles dans cette publication remontent aux n°5 et 6 de décembre 2001 et mars 2002. Nous avions aussi abordé les aspects réglementaires dans le n°37 de décembre 2008, et les risques sanitaires dans le n°41 de décembre 2009. Le radon est toujours présent sur notre territoire et le sera encore pendant très longtemps. Nos ancêtres avaient appris, de façon empirique mais efficace, à s’en préserver au quotidien. Après 1945, l’arrivée du progrès économique sous toutes ses formes a d’une part, bouleversé et standardisé nos modes de vie locaux et, d’autre part, ouvert des mines d’uranium dans le nord des Deux-Sèvres, sur les communes de La Chapelle-Largeau, du Temple et de Saint Amand sur Sèvre. Les stériles de ces mines ont alimenté les chantiers de construction dans un large rayon en l’absence de toute réglementation et sans prise de conscience des dangers qui pouvaient en résulter. Aujourd’hui, la population locale doit prendre connaissance de la réglementation en vigueur en France et réapprendre à vivre sainement avec le radon. 

Lire la suite de à proposLe radon

Une bombe à retardement

Les insecticides sont nos amis. Tout du moins l’avons-nous cru longtemps. Mais l’usage des
« bombes » domestiques, que la publicité s’évertue à nous présenter comme « l’arme » idéale contre les moustiques, araignées, doryphores et autres hôtes indésirables de nos maisons et de nos jardins, aurait dû titiller notre attention : contre qui sommes-nous en guerre en fait ? Car ce langage belliqueux n’est pas anodin : si les représentants du microcosme des insectes ont longtemps été qualifiés de « nuisibles » (à notre santé mais aussi à nos intérêts économiques), ils sont, depuis la Seconde Guerre mondiale, devenus pires encore, de véritables ennemis intérieurs. 
Lire la suite de à proposUne bombe à retardement

Actions en cours et transition écologique en marche !

En 2002, Sèvre Environnement a pris la décision d’engager des actions concrètes pour que notre société comprenne la nécessité de maitriser son développement de façon soutenable et solidaire dans le respect du bien commun, étant donné que nos seules ressources sont celles de notre planète et qu’une croissance infinie ne peut donc pas être viable. Le bien commun est en premier lieu notre santé, et toute forme de développement se doit de la respecter aujourd’hui et demain pour les générations à venir. Cet engagement ambitieux ne pouvait prendre racine qu’en investissant dans l’éducation des enfants d’aujourd’hui. Nous avons confié cette mission à Roland BLANDIN Technicien-Educateur bénéficiant des qualifications requises. Au cours des quinze dernières années plus de 50 000 jeunes en milieux scolaires ont été éveillés aux problématiques de leur avenir. Un grand nombre d’entre eux sont maintenant des actifs de notre société rejoignant des adultes qui se posent des questions sur leur avenir et leur propre santé. Une deuxième éducatrice a été embauchée fin 2015 pour faire face à la demande croissante. La transition écologique est en marche sur notre territoire !

Lire la suite de à proposActions en cours et transition écologique en marche !

La surchauffe planétaire

Nous l’avons tous sentie de très près cet été, avec étonnement. Et pourtant les scientifiques du monde entier réunis à Rio en 1972 avaient clairement exposé ce qui allait arriver. Il a fallu attendre 1995 pour que tous les pays se décident à se réunir à Berlin, et à se revoir tous les ans, pour prendre des mesures destinées à enrayer la surchauffe planétaire résultant de nos activités et de nos modes de vie.
Lire la suite de à proposLa surchauffe planétaire

Conférence du 23 novembre 2018 à Niort

Conférence le vendredi 23 novembre 2018

20h00 Auditorium Services Macif – 14 rue de la Broche à NIORT

« ECHAPPER à la MALBOUFFE & SAUVER nos PAYSANS »

Pour réserver votre place merci de suivre ce lien

 

Critique gastronomique, défenseur des AOC et du métier de paysan, journaliste et animateur radio et télé, Culture soir sur Radio Classique, anime « Manger c’est voter » sur LCP, rédacteur en chef à Marianne de la rubrique vin et gastronomie, nos amours de la France, A boire et à manger, A table citoyens.
Lire la suite de à proposConférence du 23 novembre 2018 à Niort

Périco LEGASSE : Echapper à la mal bouffe et sauver nos paysans

Plus de 800 personnes présentes à cette soirée ! Un public de jeunes et d’adultes,  d’agriculteurs de toutes sensibilités, du jamais vu pour le conférencier, et la preuve que la malbouffe attire l’attention et inquiète, aussi bien pour ses conséquences sur notre santé que pour l’avenir de notre économie agricole. Cette conférence a été organisée en partenariat avec Mutualité Française Centre Atlantique, APIVIA Mutuelle, Biocoop Bressuire, Conseil Départemental Deux-Sèvres, et les Etablissements d’enseignement agricole de Bressuire : Sèvre Europe et Campus des Sicaudières.  Lire la suite de à proposPérico LEGASSE : Echapper à la mal bouffe et sauver nos paysans

SEVRE ENVIRONNEMENT ACTEUR de SANTE

Lors de son Assemblée Générale du 5 avril 2018, l’association a pris le temps de décrire notre conception de la santé environnementale.

Elle a mis en évidence les évolutions à laquelle la nouvelle loi de Santé, puis le Plan régional de Santé Nouvelle Aquitaine (PRS NA) entendaient participer pour mieux répondre aux besoins.

Les deux points positifs à nos yeux relèvent de nouveautés, dans la perception que  les acteurs dans leur ensemble devront intégrer en pensée quotidienne d’abord puis dans leurs pratiques :

  1. La Santé c’est le bien être lié à tout ce qui l’entoure et le conditionne. L’organisation et les pratiques de soins doivent  s’adapter à en corriger les atteintes et dégradations de manière efficace sans faire obstruction à une conception d’ « exposome vie entière » mais au contraire à le promouvoir en parallèle  aux soins.
  2. La démocratie sanitaire, c’est-à-dire la place des citoyens, maîtres, libres de leur bien-être doit se développer dans la compréhension et les motivations communes aux acteurs : professionnels de soins, d’organisation des soins dans les établissements, des administrations, des collectivités et élus, des associations de citoyens, qu’elles soient de défense des malades dits « patients » ou de défense de l’environnement, de promotion de la santé environnementale.

Vous le savez déjà, Sèvre Environnement est membre du Conseil Territorial de Santé des D-S.

Lire la suite de à proposSEVRE ENVIRONNEMENT ACTEUR de SANTE